Retour à la page actualités

 


CROISIERE en MEDITERRANEE

Sur les traces d'un garde-côte au 18ème siècle

entre les îles d'Hyères et Beaucaire

 

 


TABLE DES MATIERES




Ce matin avait tout pour être un matin comme les autres, sinon qu'il précédait de peu celui qui allait me voir démarrer mon bon vieux diésel au tac tac tac rassurant...
Eh bien non !
Ce matin voyait arriver un pauvre livret dans une couverture muette en carton usagé.
Et vite, une date : 1769, puis un paysage : la Plumasse, ancien nom de l'île des Embiez où En famille ronge ses aussières .. et puis une danse : les barbaresques, Beaucaire, Portocros, le cap Sicié, les galliotes, les chébecs..

A l'heure où mes zigzagodromies estivales souffraient encore de beaucoup d'incertitudes, ce petit manuscrit de 43 pages dessinées d'une écriture régulière ne pouvait mieux tomber.

Les vacances d'En famille étaient tracées : elle les passerait dans le sillage de l'Hirondelle et du Renard ... 237 ans après.

J'en tiendrai ici le journal.

 


 


"Vûe de la ville & de la Rade de Toulon. Cette vûe est prise d'une Maison de Campagne à mi-côte de la Montagne qui est derrière la Ville. On y a représenté les amusemens des habitans, & les voitures dont ils se servent pour aller aux Maisons de Campagnes, qu'on nomme Bastides. L'heure du jour est le matin"

"Peint par Joseph Vernet à Toulon en 1756"

Ce tableau est l'un des quinze représentant les ports de France, commandés par Louis XV en 1753 et exécutés de 1754 à 1765. Exposé au Salon de 1757. Collection de Louis XV.
Cochin et Lebas en exécuteront la gravure en 1763.


   

"J'allois m'essaier sur le genre de batiment le plus fatiguant et le plus incomode qu'ait eu le Roy, qui n'existe plus aujourd'hui, notre armement avoit pour objet la sureté des batiments qui se rendent annuellement a la foire de baucaire qui a lieu en juillet, d'eloigner les barbaresques de la cote"

Ce bâtiment est une barque, bateau latin au même titre que la polacre ou la pinque que nous croiserons à plusieurs reprises au cours de ce périple.


 
Le port de Toulon possédait déjà des barques latines au 17ème siècle. En 1728, la Sibylle et la Légère seront construites par Blaise Coulomb. La Sibylle terminera sa vie au cours d'un naufrage en 1742 et sera remplacée par l'Hirondelle construite par Augustin Scolaro de Malte. Elle sera remplacée à son tour par l'Eclair, en 1770, derniere barque de la Royale.
 

Jean Boudriot a fait une étude exrèmement poussée de ces bâtiments publiée dans Neptunia.

Il y fait remarquer avec justesse que dans son deuxième tableau de Toulon, Joseph Vernet a peint l'arrière d'une barque nommée Irondelle et portant les armes de France sur sa poupe.

 
 

D'après Jean Boudriot, l'Hirondelle avait pour dimensions en système métrique :

Longueur : 32 mètres
Largeur : 9 mètres
Creux : 4 mètres

Elle portait 18 canons de 6.

Notre matelot nous dit (avant la Convention !) qu'elle mesurait :

Longueur : 92 pieds
Largeur : 26 pieds 7 pouces
Creux : 11 pieds 6 pouces

Ce qui fait un pied de Roy de 29,5 cm à 34,5 cm, donc logique, l'erreur provenant des éléments intégrés dans les mesures.


   
"Le 5e jour du mois de may 1768 je fus embarqué pour la première fois au port de toulon sur le chebec du Roy le renard que commandoit le Bon (Baron) Cohornu comme novice matelot.
Ce batiment construit en forme de galère ou de palme des indes portait 18 pièces de canon du calibre de 8 etois percé pour 20, son equipage tout compris etois de 215 hommes, nous avions embarqué trois mois de vivre et quarante jours d'eau"


Le chebec est un bâtiment méditerranéen à voiles et à rames. Souvent utilisé pour la guerre de course, il a la réputation d'être un remarquable et redoutable marcheur. Sous sa forme initiale, il porte trois mâts avec voiles latines enverguées sur des antennes et un foc. Armé à la guerre, il comporte de 10 à 29 canons. De petits sabords situés entre les sabords à canons laissent passer des avirons de 8 mètres, permettant ainsi de naviguer par tous les temps.


En 1750, le comte de Jouy, Antoine-Louis de Rouillé , décide en sa qualité de ministre de la Marine et des colonies (1748 -1754), la mise en chantier à Toulon de quatre chebecs.

Deux de ces chebecs, Le Requin et l'Indiscret seront lancés les 14 et 24 mars 1751 et jaugent 260 tonneaux pour un armement de 24 canons de 6 pouces, tandis que les deux autres, le Rusé et le Serpent seront lancés en juin 1751 et déplacent seulement 150 tonneaux et un armement de 18 pièces de 6 pouces.

En 1762, l'escadre de chebecs français est sous le commandement de Monsieur de Bompard. Elle quitte la rade de Toulon et réalise les campagnes de Courses pendant la guerre de Sept Ans.
En 1764, vu les bons résultats de ces chebecs, la construction de quatre autres bâtiments est décidée. Le Renard, le Singe, le Caméléon et le Séduisant rejoignent la Marine Royale.

Cette carte dessinée par Robert de Vaugondy, géographe ordinaire du Roi (Louis XVI), vers 1775, indique le théatre des opérations d'Hirondelle : sur le levant les Isles d'Hyeres et vers l'occident, l'embouchure des martigues, ce qui correspond aujourd'hui au grand Rhône ou à l'entrée du canal d'Arles.
 
 


 

Le vent souffle depuis les zones de hautes pressions (anticyclones) vers les zones de basses pressions (dépressions). Les différences de pression atmosphérique sont dues aux différences de température : l'air qui se réchauffe se dilate et s'élève, l'air plus froid relativement plus lourd vient le remplacer en provoquant ce que l'on appelle le vent.


Les vents à Marseille :

NORD Tremountano, Mountagniero
NORD EST Orsuro, Levant Gregau
EST Levant Dre, Levant-Eisserò
SUD EST Eisserò, Miejou Eisserò, Marin blanc
SUD Sirocco, Miejou Labé, Marin du sud
SUD OUEST Labé, Vent di damo
OUEST Largado, Mistrau
NORD NORD-OUEST Biso
NORD OUEST Mistrau Dre, Mistrau Intre

 

 

 

 

 

A droite : rose des vents de Provence


Le mistral :

Le mistral est un vent de Nord-ouest (NW) à Nord (N), frais ou froid et souvent violent, qui concerne le Nord du bassin de la Méditerranée occidentale. On l'appelle tramontane dans le Sud-ouest de la France, mistral en Provence et sur la Côte d'Azur, mais c'est le même vent.
L'apparition du mistral est liée à l'arrivée d'un flux maritime frais d'origine atlantique, ou d'un flux froid continental, qui parvient en Méditerranée par le couloir Rhône-Saône.
C'est en Camargue que le mistral est le plus violent. En hiver, il n'est pas exceptionnel de mesurer des rafales de plus de 100 noeuds (185 Km/h).


Echelle de Beaufort :

Force
Descriptif
Nœuds
Km/h
Etat de la mer
Vagues
0 Calme <1 <1 La mer est comme un miroir -
1 Très légère brise 1-3 1-5 Quelques rides -
2 Légère brise 4-6 6-11 Vaguelettes courtes -
3 Petite brise 7-10 12-19 Très petites vagues -
4 Jolie brise 11-16 20-28 Petites vagues, nombreux moutons 1 m à 1.50 m
5 Bonne brise 17-21 29-38 Vagues modérées 2 m à 2.50 m
6 Vent frais 22-27 39-49 Les lames commencent à se former 3 à 4 m
7 Grand frais 28-33 50-61 La mer grossit 4 m à 5.50 m
8 Coup de vent 34-40 62-74 Lames avec tourbillons d'embruns 5.5 m à 7.5 m
9 Fort coup de vent 41-47 75-88 Grosses lames. Crêtes déferlant en rouleaux 7 à 9 m
10 Tempête 48-55 89-102 Très grosses lames déferlant en rouleaux. 9 m à 11.5 m
11 Violente tempête 56-63 103-117 La mer est blanche La crête des lames est soufflée 11.5 m à 13 m
12 Ouragan 64 et + 118 et + L'air est plein d'écume et d'embruns. Visibilité nulle 14 m et +

 


 


"Mercredy 26 may après avoir croisé tout le jour a la vue des isles d'hieres, nous mouillames a sept heures du soir a portocros par 12 brasses (?) d'eau fond de matte. Le chateau de Bregenson restant au N No. 5° ouest
Le chateau le plus élevé de portocros au SE 1/4 E
Le chateau au bord de la mer à l'Est 5° nord."

Compte tenu de ces relèvements, le chebec était donc mouillé dans l'anse de Port Man sur l'est de Port Cros.

Le fort de Brégançon est aujourd'hui relié à la terre par une jetée.
Depuis 1964, il est résidence d'état. La présence du couple présidentiel est signalée par le pavillon national.

Le fort le plus élévé de Port Cros est le fort de l'Eminence. Construit entre 1635 et 1640, partiellement détruit par les anglais en 1793, il sera rasé et remplacé par le vaste bastion actuel terminé en 1875.

Le fort le plus oriental en bord de mer est celui de Port Man, fermant un abri naturel, en particulier en cas de mistral.
Sa situation lui permettait de contrôler la passe des grottes qui sépare l'île du Levant de Port Cros.



Mattes et posidonie


La posidonie est une plante dont les feuilles peuvent atteindre un mètre. Après enracinement, ses rhizomes constituent un lacis colmaté par du sédiment auquel on donne le nom de matte et dont l'épaisseur peut atteindre plusieurs mètres. Grâce à la densité des feuilles de Posidonie, l'herbier piège une grande quantité de sédiment. Les rhizomes réagissent par une croissance verticale de quelques millimètres à quelques centimètres par an et édifient ainsi la matte.
Si le mouillage forain n'était pas aussi destructeur pour la matte, tout serait parfait : elle remplace un substrat sableux de mauvaise tenue par une surface, à la fois stable et très réguliere pour le mouillage.

 

NAVIGATION

L'octant est l'instrument qui permet, grâce à la mesure de la hauteur du soleil à midi, une "méridienne", de se situer à la surface de la terre de manière instantanée par opposition à une mesure suivie pour une navigation à l'estime.

Son invention remonte à 1760, on l'attribue à Hadley. Il ne sera remplaçé par le sextant qu'à l'Empire.

En 1769, sans ambiguïté, il est le seul instrument de relevé d'astre à réflexion. Ses matériaux sont alors l'acajou et le poirier pour le limbe. Ce dernier n'utilisa pas encore l'adaptation du nonius par Pierre Vernier.


 


La division par transversales des limbes a été imaginée dans la première moitié du XIV ème siècle. Elle a été utilisée pour la graduation des règles linéaires puis celles des flèches d'arbalestrille. La graduation des limbes circulaires pose des problèmes particuliers, les parallèles devenant des cercles concentriques. La méthode de division a été décrite par Nicolas Bion à la fin du 17ème siècle. Celle-ci permet de lire le centième de ligne, l'équivalent du 10 ème de degré sur un limbe d'octant.


Les îles de Jarre et Riou
depuis la calanque de Callelongue

L'Ile de Jarre, était utilisée (comme celle de Pomègue), pour accueillir les navires en quarantaine, et c'est là que fut dirigé le Grand Saint-Antoine. Il est probable qu'une partie de sa cargaison et de son équipage avaient déjà quitté le bord.
A cette époque avait été mis en place le régime des "patentes" pour lutter contre les contaminations en provenance du Moyen-Orient.
A chacune des escales, le capitaine du navire doit rendre visite au consul de France qui lui remet en mains propres la "patente" dûment signée. Si dans la région tout est calme sur le plan sanitaire, la patente est dite "nette". Elle peut être "soupçonnée" et elle devient "brute" en cas d'épidémie locale.
A son arrivée à Marseille le 25 Mai 1720 Jean-Baptiste Chataud, le capitaine du Grand St-Antoine avait une patente "nette" et cela malgré trois morts à bord.
Le 26 Septembre 1720 le Grand St-Antoine fut brûlé et coulé dans l'anse de Jarron par ordre du Régent.





 


"Le port de Marseille. Vue de l'intérieur du port, prise le matin, du pavillon de l'horloge. Joseph Vernet, 1754
"
Détail.

 

 


Recette des panisses de l'Estaque



Ingrédients : 250 g de farine de pois chiches, 1 litre d'eau, 3 cuillerées à soupe d'huile 'olive, 1 cuillerée à soupe de sel fin, huile d'arachide pour friture
Préparation : La seule difficulté c'est d'éviter les grumeaux !
Tamiser la farine dans une casserole qui n'attache pas, commencer à verser l'eau FROIDE par petites quantités en touillant régulièrement avec une cuillère en bois (très important), rajouter le sel puis l'huile et continuer à verser l'eau.
Cuire sur un feu pas trop vif SANS CESSER DE TOURNER jusqu'à ce que le mélange devienne très épais.
Verser dans les bols passés à l'eau et laisser refroidir au moins 6h.
Démouler, couper les blocs en tranches fines (0,5cm) et faire frire à la poêle.
Quand les tranches sont dorées et croustillantes, les égoutter et déguster de suite.



Tourisme


Entre Marseille et Martigues, la Côte Bleue présente, sur une trentaine de miles, une succession de petits ports et de calanques. On y trouve les villages de Carry-le-Rouet, Sausset-les-Pins et Carro et les calanques de La Vesse, Niolon, Méjean et La Redonne.
Celle de Niolon n'est pas la plus grande ni peut-être la plus belle mais d'un des restaurants en surplomb, la vue sur Marseille est superbe.
Le rstaurant la Pergola, par son accueil, sa cuisine et, donc, sa vue, mérite
une escale. Réserver : 04 91 46 90 28

 

Allège d'Arles.

Nous parlerons de ce navire, proche de la tartane mais à la mature plus ramassée et au faible tirant d'eau.
La décision de Napoléon, face aux sautes d'humeur du Rhône, d'ouvrir un canal entre Port-de-Bouc et Arles (qui ne sera achevé qu'en 1835) a donné une seconde jeunesse à cette forme de batellerie fluviale et côtière rapidement supplantée par le chemin de fer.

Leur activité, à l'occasion de la foire de Beaucaire, était très importante.

Peinture par Frédéric Roux


 

La foire de Beaucaire  
   
   

Index  
   
  • Brasse : de brace, envergure humaine. Mesure réservée aujourdh'ui à celle des profondeurs d'eau. Equivalente, pour la France, à cinq pieds, soit environ, 1,6 mètre. Ceci est l'intervalle qui sépare deux marques sur la ligne de sonde plombée.

Sources  
   
  • Foire de Beaucaire : http://www.nimausensis.com/rochefort/RocFoire.htm.

 

 

 

© Bruno Petitcollot, webmaster. Droits de reproduction liés à un accord préalable.