ACTUALITE

GALERIE

VENTES PUBLIQUES  

MONOGRAPHIES  
LIENS 

Accueil

Page d'ouverture
Retour à la page actualité


Hans Christoph SCHISSLER
astronomical compendium

 

jeudi 27 juin 2013 à 14h00
(date modifiée)
Paris-Salle Vv - QuartierDrouot
3 rue Rossini - 75009 PARIS

 

 

Compendium astronomique en laiton et bronze doré.
Signé et daté « Hans Christof SCHISSLER Anno 1625 »
Hauteur : 19,7 cm.

 

Compendium astronomique en laiton et bronze doré, terrasse en marbre noir

L'instrument est composé d'un nocturlabe accompagné d'un calendrier lunaire soutenu par Atlas et reposant sur un astrolabe géographique.
L'ensemble s'ouvre ou se sépare (clé amovible), pour donner accès à un calendrier astronomique et un cadran solaire horizontal à style axe pliant.
Reposant sur la terrasse, une boussole divisée sur laiton argenté permet l'orientation du cadran solaire et la visée de l'étoile polaire.

Signé et daté : Hans Christof SCHISSLER, 1625.
Hauteur : 19,7 cm.
Diamètre du nocturlabe : 7,8 cm.
Diamètre de la boussole : 9,1 cm.
L x l de la terrasse : 8 x 8 cm.

Allemagne, 17ème siècle.
Restauration aux pieds d'Atlas, petit fêle à la charnière sans conséquence mécanique et cuve de boussole postérieure, ancienne.

 

COMPOSITION :

Nocturlabe
De la périphérie vers le centre :
Un fond divisé des mois représentés par leurs signes zodiacaux, subdivisés en quinzaines et deux jours.
Une rouelle mobile pour la lecture de l'heure avec un marqueur pour les jours et un bras télescopique pour la visée des Gardes.
Rivet central formant pinnule pour l'étoile polaire.

Calendrier lunaire avec, en périphérie, la signature et la date : « Hans Christoph Schissler, Anno 1625 ».

Abaque
Cadran de hauteur indiquant les constellations entourant les deux Gardes de la Grande Ourse à l'heure observée.

Astrolabe géographique
avec une projection polaire de l'hémisphère nord s'étendant jusqu'au tropique du Capricorne. On y trouve les inscriptions ou les représentations de l'«oeceanus ethiopicus», de la ligne de partage «aequinoctilis », de la direction de « Hierusalem »…
Méridien origine passant au large de l'Afrique (Hierro).
La mère, divisée sur argenture des heures locales, est ceinte d'une couronne de deux fois douze heures en chiffres romains et porte une alidade divisée deux fois de 4 à 8 dixièmes de degrés de latitude.
Le seul exemple connu d'astrolabe géographique par H.C. Schissler est celui du compendium du Musée des Sciences de Florence, la traduction française du catalogue : «miroir géographique», reflète mal l'invention d'Apianus le «speculum cosmographicum » dont est issu cet instrument.

Calendrier zodiacal
Divisé en deux fois douze en chiffres romain en alternance avec deux fois douze en chiffres arabes.
Un ostenseur commandé par le nocturlabe et l'astrolabe répète les signes du zodiaque.

Calendrier solaire équinoxial et boussole divisée sur laiton argenté.
Un index mobile , articulé sur une traverse au centre de la boussole se déplace sur une échelle horaire.
La première couronne du cadran est divisée de 4 à 12 heures et de 12 à 8 heures. Elle répète les initiales « H.C.S. » du constructeur.
Le gnomon est maintenu par une lame formant ressort sans indication de latitude et semble donc avoir été prévu pour une utilisation locale.



A la différence des réalisations de son père, Christopher, très diffusées donc relativement répandues aujourd'hui, tant dans les collections privées que publiques, Hans Christof après avoir travaillé quelques années avec celui-ci, s'est rapidement mis au service de Cours européennes, Vienne et surtout Prague.
Ceci expliquerait que l'on ne recense que très peu d'instruments, et pour ce qui nous concerne, qu'un seul compendium astronomique (au musée des Sciences de Florence, offert, à l'époque, par Matthias de Medici, Prince de Toscane).
De ces faits, jamais un compendium de cette nature par Hans Christopher Schissler n'a donc été présenté en vente publique.


Biographie de H.C.Schissler

Fils du fabricant d'instruments allemand Christpher Schissler (C. 1531-1608), Hans Christof Schissler (1561-après 1626), maître en 1580, travaille de 1585 jusque vers 1590 avec son père, se partageant entre l'atelier paternel d'Augsbourg et la Cour Impériale de Vienne, se distinguant de son père (Elder) ajoutant « le jeune » ( Jüngere ) à sa signature.
Installé à Prague en 1591 pour y construire instruments et horloges, Hans Christopher est nommé horloger de la Cour en 1610 par l'Empereur Rodophe II, protecteur des Arts et des Sciences.
Il y réalisera de nombreux instruments pour les plus importantes cours d'Europe : cadrans solaires, quadrants, norcturlabes, hausses d'artillerie...
Après la mort de Rodolphe, en 1612, c'est sous la protection de Matthias, frère de ce dernier qu'il poursuivra son œuvre une décennie.
En 1625, il semble être de retour à Ausbourg, date à laquelle il réalise ce compendium.
En 1626, il signe et date un astrolabe, dernier instrument daté connu (la date de 1652 de sa mort, parfois avancée, ferait référence à l'état civil, sans preuve matérielle de la continuité de son activité).

Bibliographie :

- Bobinger, Christoph Schissler der Ältere und der Jüngere, Augsburg, sans date, vers 1954.
- Bobinger, Alt-Augusburger Kompassmacher, Augsburg, 1966.
- E. Zimmer, Deutsche und niederlndische astronomische Instrumente. Munich, 1956, (ré-édition de 1979).
- W.Eckhardt. Erasmus Habermel - Zur biographie des instrumentenmachers Kaiser Rudolph II.


 

Pour tout renseignement
concernant la vente,
voir l'instrument (sur rendez-vous),
contacter l'étude :
MILLON & ASSOCIÉS
Monsieur Pélage de CONIAC - tél. : 06 82 83 02 50
19 rue de la Grange-Batelière - 75009 Paris - France
Tél. +33 (0)1 48 00 99 44 - Fax +33 (0)1 48 00 98 58
pdeconiac@millon-associes.com

En ce qui concerne l'instrument,
des précisions,
des photos de détail... :


Bruno PETITCOLLOT
21 rue Liancourt - 75014 - Paris
Tél. +33 (0)1 43 35 03 06
bpetitcollot@magic.fr
 
© Bruno Petitcollot, webmaster. Droits de reproduction liés à un accord préalable.