ACTUALITE
Mise à jour : 17.05.09

GALERIE

VENTES PUBLIQUES  

MONOGRAPHIES  
LIENS 
 

Accueil

Page d'ouverture

 

 

GLOBES, PLANETAIRES, SPHERE ARMILLAIRE,

CADRANS SOLAIRES, GEODESIE...

 

Notre prochain rendez-vous :

Paris, Hôtel Drouot, salle 14

Lundi 6 avril à 15 heures

Expositions publiques :
Samedi 4 avril de 11 h. à 18 h.
Lundi 6 avril de 11 h. à 12 h.


Une importante réunion de sphères, planétaires et instruments liés à la mesure du temps et de l'espace.
Nous en avions parlé l'an dernier, voici cette collection.
Elle représente, entre autre, l'histoire d'un atelier qui, de Robert de Vaugondy à Grosselin, aura réuni, pendant deux siècles, des générations de géographes, d'éditeurs et d'ébènistes pour faire du nom de Delamarche celui de la géographie dans l'espace, celui des sphères terrestre et céleste et de leurs représentations dans l'univers.

Cette page s'étoffera au rythme des photos, 45 objets constituant cette réunion.

Le catalogue papier est en cours, sur demande à : bpetitcollot@magic.fr
Printed catalog on request : bpetitcollot@magic.fr

En ce qui concerne les descriptifs :

- Pas de surperlatifs tels que "rare, exceptionnel..." mes catalogues restent le seul endroit où je fais preuve de sobriété.
- Pas de " France, 1er Empire ou Allemagne, 17ème siècle..", qui fait craindre le pire quand rien n'est précisé, tout est d'époque.

- Certains objets ont été restaurés, entretenus, mais de manière tellement respectueuse que, sauf exception, je ne le précise pas.

un petit tableau sur les constructeurs français de globes


 

George (1774-1843) & Ebenezer POCOCK.
Globe gonflable en papier lithographié et colorié.
Diamètre : 120 cm (Quatre pieds anglais, ce qui correspond au plus grand des trois modèles de globes gonflables créés par G. Pocock).
Signé et précisé : "W. Day Lithog."
Bristol, 1831.

On connait peu de sphères gonflables :
Un globe inspiré du globe de Pocock par Phillip Cella en 1831.
Un globe pneumatique de trois pieds de diamètre par Desmadryl Aîné à Troye en 1832 .
Un "globe aerophyse" par A. Tardieu "à Paris et Strasbourg, 1832" (cité par Ch. de Martens dans son guide diplomatique).
Un globe "terrestre-pneumatique portatif" par Grimm, Berlin, 1832 (op.cité).


Pocock-inflatable-globe

Tellurium en bois, laiton et papier gravé et teinté. Mouvements associés de l'ensemble terre-lune et de la rotation annuelle autour du soleil par engrenages et poulies.
La sphère terrestre est signée "A Paris chez Delamarche géog rue du Foin St Jacques au collège de M Gervais".
Hauteur : 44cm, diamètre de la table équatoriale : 31,5cm.

Charles-François Delamarche (1740-1817). Les différents objets de cette collection permettent d'élargir la période connue au cours de laquelle il indique l'adresse "au collège de Maître Gervais" : de 1787 à 1804.


planetaire

"L’île de Fer, autrement Ferro, ou comme les Espagnols à qui elle appartient la nomment, la isla de Hierro, est une île d’Afrique la plus occidentale des Canaries, d’environ sept lieues de long, six de large, & vingt-deux de tour. Elle n’est guere remarquable que parce que les géographes françois placent leur premier méridien à l’extrémité occidentale de cette île, par ordonnance de. Louis XIII. L’île de Fer est à environ dix-huit lieues de Ténériffe. Sa différence du méridien de Paris, est, suivant M. Cassini, 1 heu. 19’26’’.
Diderot - Encyclopedie
Le méridien origine de l'île de Fer est abandonné au profit de celui de Paris en 1792.

Sphère terrestre en laiton gravé.
Le méridien origine passe par l'île de Fer et il est précisé l'antipode et le tropique de Berlin.
Un index (absent) mobile le long d'un calendrier zodiacal incline le globe sur l'écliptique et fait apparaître le mot "crep:" (crépuscule ?) aux points vernaux.
Les découvertes sur la cote est de l'Australie réalisées par J. Cook lors de son voyage de 1770 ne sont pas prises en compte.
Diamètre de la sphère : 8,2 cm. France, 18ème siècle.


Richard MELVILLE ne s'est pas contenté de multiplier les styles sur ses cadrans solaires : il en a fait de même de sa signature et de ses adresses.
C'est ainsi que l'on trouve : Richard Melvin, Ricardus Melville ou Richard Melville comme pseudonymes et qu'en terme d'ateliers, après avoir débuté en Ulster en 1832, on le retrouve à Glasgow en 1845 puis à Liverpool en 1856. Il sera à Londres en 1858 et à Dublien de 1864 à 1871, date à laquelle on perd sa trace.

Richard MELVILLE (actif 1832-1871)
Cadran solaire en ardoise et laiton.
Table horaire portant un gnomon central calculé pour le nord de l'Angleterre et quatre gnomons aux inclinaisons différentes.
Autour du style central et de sa rose des vents sont indiquées , du centre vers la périphérie, une couronne des heures, des demi-heures et des quarts, l'indication des heures en chiffres romains, environ 70 villes et leurs correspondances horaires, un calendrier avec équation du temps.
Signé : Ricardus Melville et daté 1845.
40,5x35,5 cm
.

Melville sundial
Cadran solaire

L'atelier DELAMARCHEUne place particulère est donnée à l'atelier de Charles-François et Felix Delamarche dans cette réunion.
Il est souvent écrit que Charles-François Delamarche à acquit le fond de Robert de Vaugondy en 1786, ce n'est pas tout à fait exact.

Jean Fortin a acquit le fond de Didier Robert de Vaugondy en 1778, après avoir collaboré avec lui dans l’éditions d’atlas. Didier de Vaugondy a cesser d’éditer des globes mais pas son activité et, de 1784 jusqu'à sa mort en 1786, il collaborera à la fabrication d'un globe terrestre de 8 pieds (245 cm), avec Nicolas Gabriel Le Clerc et Dom Claude Bergevin.
De son coté, Fortin, cette même année, présente à l’Académie des Sciences sa machine à faire le vide et commence à travailler avec Gay-Lussac et Lavoisier.Avec ce dernier, il s’intéresse aux débuts de l’aerostation et construit un gazomètre, il concours à l’élaboration de balances de grandes précisions...
Il délaisse son activité d’éditeur d’atlas et de globes et la cède à Charles-François Delamarche en 1784.
Le déménagement est facile, Fortin étant "rue de la Harpe, près de la rue du foin", dans cette même rue ou est installé Charles-François Delamarche, "près le collège de Maître Gervais".
Dès l’année suivante, celui-ci est en mesure de présenter son premier globe en se contententant de rajouter son nom (qu’il agrémentera parfois de “Successeur de MM Sanson et Robert de Vaugondi, Géographes du Roi, et de M. Fortin Ingénieur-mécanicien du Roi pour les globes et les sphères”).
Trois générations vont se succéder pour développer cet atelier, le plus important du monde, pendant un siècle.


Rue citées (plan de Turgot, 1730) montrant les différentes adresses de Charles-François, de Felix et de la Maison Delamarche (ne fait pas partie des objets qui seront dispersés !).




L'adresse du 13 rue du Jardinet est exploitée de 1806 à 1817 par Charles François Delamarche puis jusqu'en 1834 par Felix Delamarche.
Felix Delamarche, ingénieur mécanicien pour les globes et les sphères succéda à son père en 1817.


armillaire-delamarche

Sphère terrestre et sphère armillaire en bois recouvert de papier gravé et teinté.
Le globe terrestre de la sphère armillaire est signé "à Paris chez Delamarche Géographe, rue du Jardinet n°13".
Le globe terrestre porte l'inscription dans un cartouche : "Globe terrestre d'après les relations les plus récentes par Fx Delamarche succesr de Robert de Vaugondy 1831".
Hauteurs : 47 cm, diamètres des sphères : 20 cm.



Garnerry-chronometre

Chronomètre de marine en coffret.
Mouvement 40 heures avec réserve de marche indiquée sur un cadran à midi.
Cadran argenté portant le numéro 89, la signature de Victor Gannery et la mention "Dépôt de la Marine".
Coffret en chataîgner ouvrant à guichet pour la lecture.
10,4x14x14 cm.

Victor GANNERY (1820–1851) étudie le métier d’horloger avec Louis-Frédéric  PERRELET, (1781–1854), horloger suisse, petit-fils d’Abraham-Louis PERRELET, installé à Paris, spécialisé dans la construction de chronomètres et d’horloges astronomiques.
Victor Gannery travaillera également quelques temps avec Joseph Thaddée WINNERL (1796–1886), chronométrier autrichien, à Paris.
Il s’installera prés de Dieppe, à Saint-Nicolas d’Aliermont, village reconnu pour son industrie horlogère portée par Honoré PONS (1773–1851).
L’exploitation de Victor GANNERY sera reprise à son décès par Onésime DUMAS
.


Le Verrier avait établi un modèle de mouvement d'Uranus mais celui-ci ne soutenait pas la comparaison avec les observations : Uranus se trouvait trop loin par rapport à son orbite calculée. Il supposa qu'un corps massif attirait Uranus hors de son orbite. L'observation d'Uranus permit d'en calculer la masse et la distance. L'orbite ainsi calculée montrait qu'il s'agissait d'une nouvelle planète, au-delà d'Uranus.
Le Verrier la fit observer par Galle à Berlin, en 1846. Neptune était née.
Planétaire en laiton, papier gravé et bois.
Système héliocentrique avec un ensemble terre-lune et huit planètes.
Hauteur : 46 cm, diamètre du cercle équatorial : 30,5 cm.
19ème siècle, après 1846.

Ecole française 18ème siècle. Portrait de Nicolas Copernic au côté de son système céleste.
Gravure signée sur une règle: M. Boutgnoin fecit et titrée en bas au centre. 18x13 cm.


planetaireCopernic

En 1848, Grosselin, le gérant de Felix Delamarche reprend l'activité sous le nom de "Maison Delamarche". Trente ans après, Il invite Emile Bertaux à venir éditer cartes et globes dans son atelier du 25 de la rue Serpente.
Est-ce à cette association de moyens que nous devons cette étrange signature de "A. Delamarche" qui ne peut correspondre qu'à celle d'
Alexandre Delamarche (1815-1884), l'auteur de l'atlas de géographie physique et politique (édité par Grosselin) ?

Maison DELAMARCHE.
Paire de sphères céleste et terrestre en bois, laiton et papier.
La sphère terrestre est inscrite "Maison Delamarche, rue Serpente, 25 1875".
La sphère céleste est marquée "A. Delamarche". Les fuseaux ont été réactualisés.
Hauteurs : 72 cm. France, 19ème siècle.

Delamarche-globes

Charles-François DELAMARCHE (1740-1817).
"Tableau analytique des différentes position de la Sphère, des différens systèmes, des révolutions et des distances des planètes, et c. par C. F. DELAMARCHE, géographe à Paris, rue du Foin St Jacques, au Collège de Mtre Gervais, An XII (1804)".
Planche gravée sur papier. 51,5x65cm.

Delamarche-tableau-analytique

Johannes van LOON (c. 1611–1686), (d'après ou par).
Représentation de la terre dans l'univers. Peinture sur cuivre doré signée J Van Loon en bas à droite.
Planche "Situs Terrae Circulis Coelestibus Circundatae" de l'Harmonia Macrocosmica d'Andrea Cellarius (1660).
Diamètre : 80 cm.
Oxydations et dorure partiellement disparue.

Travail ancien.



van-loon Van-Loon

delamarche-vaugondy

Maison DELAMARCHE.
Globe terrestre en bois et papier gravé et colorié.
Cartouche inscrit : "Globe adopté par le conseil de l'université"
"Maison Delamarche Paris rue Serpente 25 1868".
Hauteur : 37 cm, diamètre de la sphère : 17 cm.




Charles François DELAMARCHE suivant Robert de VAUGONDY.
"Globe dressé par Robert de Vaugondy Géographe corrigé augmenté et enrichi des trois voyages du Capitaine Cook et de ses découvertes"
"Par Delamarche Geogr rue du Foin St Jacques au Collège de Mre Gervais A Paris 1787"
Hauteur : 52 cm, diamètre de la sphère : 24 cm.


Vaugondy


Héritage...
Johann-Baptist Homann (1664-1724), qui fonda sa maison d’édition en 1702 à Nuremberg, fut relayé à son décès par ses suivants, élèves ou apprentis qui signèrent "héritiers" et parmi lesquels on retrouve Johann Matthias Hase, Georg Matthäus Seutter qui fut l’élève d’Homann et le gendre de Seutter, Tobias Conrad Lotter.

Homann (héritiers de).
Planisphère terrestre sur papier gravé et colorié.
Cartouches en latin et en français : "Mappe-monde qui represente les deux hemispheres, savoir celui de l'Orient et celui de l'Occident. Tirée des quatre cartes de feu M. le Profess Hasius dressée par M.G.M. Lowitz, et publiée par les héritiers de Homann. Avec priv. de S. Maj. Imper. L'An 1746".
46x53 cm.


Valk

Galluchat ou Galuchat ?
Au 18ème siècle, vers 1748, devant le succes de leur technique de traitement des peaux de roussette et de requin, Jean-Claude et son fils Denis-Claude Galluchat installérent leur atelier rue des morfondus puis, en 1774, quai de l'Horloge à Paris, près des principaux fondeurs et fabricants d'instruments.

lunette-galluchat

Lunette en carton, papier teint, corne, laiton et galluchat.
Optique à trois tirages et redresseur. Extémités fermant à guichets.
Inscription manuscrite sur le premier tirage : "à ma nièce Mlle Elise Chevallier, J Godeaux".
25,5x63 cm. France, 18ème siècle.


Graphomètre en laiton.
Platine à bêlière ajourée et gravée à décor de feuillages.
Limbe divisé par transversales.
Signé "BUTTERFIELD PARIS".
Diamètre : 30,8 cm. Fin 17ème siècle.

Michael Butterfield (1635-1724).
Parisien à partir de 1677 dans le faubourg, rue neuve des fossés puis, en 1690, quai des morfondus.
Il abandonne la division des limbes par transversales, au profit du vernier, vers 1700.


graphometre Butterfield

Maison DELAMARCHE, deuxième moitié du 19ème siècle.
Planétaire en bois, laiton, zinc et ivoire et globe céleste en bois, laiton, zinc et papier.
Le planétaire est de type copernicien avec, au centre un tellurium mécanique, entouré de 10 planètes en ivoire.
Globe céleste inscrit : "globe céleste approuvé par l'Université. Par A. DELAMARCHE. Paris, 25 rue Serpente."
Hauteurs : 49 cm. Diamètres des tables équatoriales : 30 cm.

planetaire heliocentrique

Charles BLOUD.
11,2x9,4 cm.
Description en cours.

Bloud-cadran-solaire

Charles BLOUD.
7,3x6,1 cm.

Description en cours.

Inséparables de l'essor de la tableterrie en ivoire dieppoise, les frères Bloud et Senécal, Saillot, Compigné... ont su mettre à profit leur maîtrise du matériau et les développements de l'astronomie, en particulier l'utilisation de l'analemne.
Charles Bloud signe des cadrans vers 1655 et disparait en 1685, à la révocation de l'Edit de Nantes. Le "Rôle général des nouveaux convertis de Dieppe" indique que Charles, marié, et Gabriel, célibataire, sont "entêtés et mal convertis".
On ne trouve plus trace d'éventuels travaux après cette date.

Charles Bloud

Pierre SEVIN, actif de 1660 à la fin du 17ème siècle.
De son atelier, on connait des astrolabes, plusieurs modèles de cadrans solaires, dont ceux de Butterfield et de très beaux anneaux astronomiques et, plus rarement, des instruments de géodésie, graphomètres et cercles hollandais.
Sa facture se retrouve dans les instruments de son élève, Henri Macquart.
Cercle hollandais en laiton.
Platine ajourée et gravée portant six pinnules, quatre sur lignes de foi et deux sur alidade mobile.
Signé P. SEVIN à Paris.
Diamètre : 13,8 cm



Sevin-cercle-hollandais

Cercle répétiteur de Borda en laiton.
Modèle de Lenoir.
Hauteur : 62 cm, diamètre : 28 cm.
Voir l'exemplaire de l'observatoire de Marseille.
La réalisation de ce cercle répétiteur a également été confiée à Bellet, élèvre de Lenoir (cf. modèle du CNAM)


cercle de Lenoir
Le cercle répétiteur de Borda, planche extraite de :
Jean-Baptiste Joseph Delambre. "Base du Système métrique décimal
...". 1806-1808.
Delambre

Gerard Valk (ca. 1650 – 1726). Graveur et éditeur.

G. VALK.
Carte de l'Europe sur papier gravé et colorié.
"L'Europe divisée selon l'estendue de ses principaux estats subdivisés en lurs principales provinces par G. Valk".
Un bandeau haut détaille les principaux états, monarchies, royaumes et républiques.
46x58,5 cm.

G.Valk-Europe

Né en Bohème, c'est à Prague que Jan FELKL se fait connaître comme fabricant de globes.
Vers 1849, il s'associe avec le photographe et graveur Vaclav MERKLAS. Progressivement, ils développeront de nouvelles techniques de photogravures. Leur firme est trés active. Elle expose dans différents pays d'Europe (Paris en 1867) une grande variété de globes en qualité et dimensions, rédigés en 17 langues.

En 1870, Felkl déménage pour Roztok et s'associe avec son fils Christoph. Après sa mort, en 1887, son fils poursuivra l'activité jusqu'en 1950.

J. FELKL (1817 - 1887) et Fils (c. 1875)
Globe terrestre "OBRAZ ZEMEKOULE Vydal J.Felkl a syn v Roztokach n/vii." en bois, métal anodisé laiton et papier photogravé et colorié.
Hauteur : 52 cm. Diamètre de la table équatoriale : 30 cm.

Felkl-globe

William Henry PICKERING (1858-1938).
Atlas photographique de la lune
"A Photographic Atlas of the moon". New York, Doubleday, Page & Company, 29,5 x 23,5 cm, sans couverture. Cambridge, mass. published by the Observatory, 1903.

Pickering-moon

Louis VIVIEN de SAINT MARTIN (1802-1897).

Globe terrestre en bois, papier gravé et colorié et laiton.
"Globe terrestre par M Vivien de Saint Martin Paris Librairie de Hachette & Cie 77 boulevard Saint Germain".
Hauteur : 44 cm, diamètre : 21 cm.


Vivien de Saint Martin



geographie

Cadran solaire équatorial en laiton.

cadran solaire equatorial

Planche manuscrite

manuscrit-sphere armillaire

Cadran solaire diptyque e, bois et papier.

cadran diptyque nuremberg

Globe terrestre. Signé J. LEBEGUE à Paris.
Hauteur: 60 cm, diamètre : 30 cm. 35 cm.


Dubaill globe terrestre

Jules LEBEGUE et associés étaient éditeurs 30 rue de Lille à Paris. Il s'était attitré le géographe René BARBOT pour collationner les modifications à apporter à ses globes. Il semble, (ne pas prendre ceci comme une affirmation), que dès cette époque, les cuivres aient été gravés par A. SOLDAN , 218 boulevard Raspail à Paris.

Globe terrestre signé "Globe terrestre J.L. & Cie, Paris".
Hauteur : 23 cm, diamètre de la sphère : 10 cm.

globe terrestre JLCie



Boussole de relevement

Globe terrestre signé : "Globe adopté par le conseil de l'Université Maison Delamarche rue Serpente 25 PARIS 1870"
Hauteur : 42 cm, diamètre total : 28,5 cm.

Delamarche-1870

En 1875, Emile BERTAUX ivestit le 25 de la rue Serpente pour apporter ses talents d'éditeur à la Maison Delamarche. Il s'associe Dubail, et le précise dans ses cartouches, chose nouvelle, pour actualiser ses cuivres.

Globe terreste. Signé DUBAIL.

Globe-Dubail


 

© Bruno Petitcollot, webmaster. Droits de reproduction liés à un accord préalable.