ACTUALITE

GALERIE

VENTES PUBLIQUES  

MONOGRAPHIES  
LIENS 

Accueil

Page d'ouverture

23 rue du Roule
75001 PARIS

tél : 01 74 90 91 10
Fax : 01 74 90 91 11

Ce compendium astronomique sera présenté en vente publique par :

Me Matthieu SEMONT, Commissaire-priseur

le samedi 22 avril 2017 à 14h30

au Domaine de la Fontaine
1379 rue de la Reine Blanche
45160 Olivet

Renseignements complémentaires auprès de l'étude.


Il s'agit d'un instrument de l'un des plus grands facteurs du 16ème siècle, Erasme Habermel, qui apporte un éclairage supplémentaire sur son travail dédié à l'astronomie quand celle-ci se met au service de l'astrologue.
Quand Rodophe II, empereur du Saint Empire, réunit à Prague des astronomes comme Ticho-Brahe ou Kepler, des médecins (et astrologues) comme Francesco Padeani et d'habiles mécaniciens tel Erasmus Habermel, il participe à l'essor des sciences mais également à la création d'instruments hors du commun par leur qualité ou leur caractère novateur.
Cette convergence, mécénat-science juqu'au plus impénétrable, et cette infinie habileté, nous la retrouvons sur le marché de l'art, pour la première fois depuis plusieurs décennies, dans cet instument d'une exceptionnelle finesse d'exécution.

 




Erasmus HABERMEL ( ?-1606)
Compendium astronomique en alliage de cuivre doré.

L'instrument se présente sous la forme d'un livret, les quatre pages de couvertures et les deux pages du feuillet central gravées d'une fonction scientifique : un cadran lunaire, un cadran horizontal, une table des planètes au cours des heures diurnes, une boussole, un tableau des heures égales et inégales, une rose des vents…

Les cadrans circulaires sont inscrits dans des carrés dont les angles sont gravés de motifs inspirés par la Renaissance Italienne.

Signé E. Habermel à la base du cadran lunaire.
(Certains angles légèrement érodés, dorure rayée près du centre de la rose des vents indexée et aiguille de la boussole absente).

17 x 68 x 69 mm
Prague, vers 1590.

Estimation : 20 000/25 000 €

 

La naissance et les débuts d'Erasmus Habermel nous sont inconnus (vers 1538, selon certains historiens des sciences).
Il est supposé s'être formé à Nuremberg.
L'une de ses premières réalisations, attribuée avec certitude, est signée, datée 1585 et située à Prague.
Son atelier a produit un large éventail d'instruments de mathématique et d'astronomie, astrolabes, sphères armillaires, cadrans solaires et des compendia où s'accommodent astronomie et astrologie.
En 1593, il a été nommé fabricant d'instruments de l'empereur Rodolphe II à Prague.
A ce jour, on ne répertorie qu'environ 150 instruments de sa production.
Une vingtaine d'entre eux ont été créés pour l'alchimiste et astrologue Franciscus de Padoue, qui traitait Rodolphe II pour ses crises de mélancolie.
Les indications des directions de la boussole sont en Italien, à la différence de celles de la rose des vents.
Sans penser nécessairement à un instrument destiné à Francesco de Padoue, il est légitime d'imaginer qu'il ait été destiné à un dignitaire italien.
Cette réflexion est confortée par « l'Elevation poli », les latitudes indiquées pour régler le fil axe du cadran solaire : de 50 à 45°, soient celles d'un voyage de Prague à Padoue.

Erasmus Habermel est décédé le 15 Novembre 1606.

Maurice Daumas dit de lui : « Erasmus Habermel exécuta des instruments d'une facture remarquable qui se classent parmi les plus précieux que nous connaissions aujourd'hui. » in Revue d'Histoire des Sciences, 1950.

 

© Bruno Petitcollot, webmaster. Droits de reproduction liés à un accord préalable.