ACTUALITE

GALERIE

VENTES PUBLIQUES  

MONOGRAPHIES  
LIENS 

Accueil

Page d'ouverture
Retour à la page actualité

 


Quelques photos de la préparation de la vente du samedi 2 avril 2011 à la Salle VV, 3, rue rossini, à Richelieu-Drouot.


Compas de réduction en laiton et fer. Sont repectivement indiqués sur ses quatres faces :
- Reductio diameter, planorum et peripheria
- Reductio corporum
- Partes et rationes linae
- Proportiones homologorum

Signé «Bidault Au Pavillon des Tuilleries».
24,7 cm.
France, 17° siècle.

2 500/3 000 €

Nachet situe Claude Bidault quai de l'Horloge en 1650, adresse qui sera utilisée par, au moins, un de ses fils. L'adresse au Louvre confirme donc à la fois une construction de Claude Bidault père et antérieure à cette date.

Coffre en fer lardé dit "de corsaire". Façade à fausse entrée de serrure avec traces de polychromie d'époque, pattes de fermeture par barre et deux fortes poignées latérales. Serrure en couvercle agissant sur 6 pênes, la serrure à ressorts partiellement dissimulée par une plaque gravée et repercée. Piétement ancien en fer forgé. Hauteurs : du coffre : 33 cm, totale : 83 cm. Largeur : 62 cm. Allemagne, région de Nuremberg début 18ème siècle.

4 000/5 000 €


Etui d'instruments de dessin technique. Règle, règles parallèles, compas de proportion avec traverse, compas et allonges, tire-lignes... Etui ouvrant par charnière en bois gainé de galuchat teinté en vert. Signé sur la règle à proportions, avec rappel sur d'autres instruments «  G. Adams, mathematical instrument maker for the King, Fleet street London ». Angleterre, vers 1760.

2 500/3 000 €

George Adams père est né à Londres en 1709 en entame une activité de constructeur en 1734. Il aura cinq enfants de sa première femme et neuf de sa seconde. Son fils Georges deviendra son apprenti avant de lui succéder. En 1757 il devint fabricant d'instruments pour le Prince de Galles qui deviendra le Roi George III en 1760, privilège qu'il conservera jusqu'à sa mort en 1773. L'étui présenté est similaire à celui du Science Museum.


Niveau de relèvement en laiton verni et verre. Visée par deux pinnules escamotables, niveau à bulle avec réglage fin par vis. Pied genouillère.
Etui en bois à la forme gainé de cuir noir et intérieurement de tissu vert.
Marqué M. PYROUX, architecte.
France, 18ème siècle.
Longueur : 23,5 cm.

600/800 €

 

 

CHAROT (Frères). C. 1730-1800.
Richard MELVILLE (actif 1832-1871). Cadran solaire en ardoise et laiton. Table horaire portant un gnomon central calculé pour le nord de l'Angleterre et quatre gnomons aux inclinaisons différentes. Autour du style central et de sa rose des vents sont indiquées , du centre vers la périphérie, une couronne des heures, des demi-heures et des quarts, l'indication des heures en chiffres romains, environ 70 villes et leurs correspondances horaires, un calendrier avec équation du temps.
Signé Ricardus Melville et daté 1845.
40,5x35,5 cm.

Richard MELVILLE ne s'est pas contenté de multiplier les styles sur ses cadrans solaires : il en a fait de même de sa signature et de ses adresses.C'est ainsi que l'on trouve : Richard Melvin, Ricardus Melville ou Richard Melville comme pseudonymes et qu'en terme d'ateliers, après avoir débuté en Ulster en 1832, on le retrouve à Glasgow en 1845 puis à Liverpool en 1856. Il sera à Londres en 1858 et à Dublin de 1864 à 1871, date à laquelle on perd sa trace.

 
 
 
 
 

Sablier de voyage en verre et métal.
Deux ampoulettes accouplées par un tressage en fil.
Protection en fer en deux parties fermant à guichet.
Hauteur : 7,2 cm.
18ème siècle.
600/800 €

   

Dubois à Paris (Charles Adrien, 1737-1777).
16,7 cm.

OUDRY à Paris (Jean-Baptiste, 1724-1779).

Cercle d’alignement en laiton.
Limbe et vernier divisés sur argent.
Signé H.MORIN, 11 rue Dulong à Paris, Atelier H.Morin successeur.
Hauteur, lunette inclinée : 24 cm.
Diamètre : 10,3 cm. cm.
France, vers 1880. 600/800 €
 
   


© Bruno Petitcollot, webmaster. Droits de reproduction liés à un accord préalable.